• Harcèlement au travail

     Stress, harcèlement, souffrance au travail : mon chef me rend fou !

     - Mis à jour le 15-05-2013

    Les personnalités difficiles prospèrent chez les cadres dirigeants. Grands psychopathes ou petits pervers : qui sont ces tyrans qui nous pourrissent la vie au bureau ?

    Photo extraite de l'ouvrage "Office" de Lars Tunbjörk (Editions Journal, 2001). (Lars Tunbjörk/Editions Journal)

    Photo extraite de l'ouvrage "Office" de Lars Tunbjörk (Editions Journal, 2001). (Lars Tunbjörk/Editions Journal)

    Parfois, le diable s’habille en cadre sup. Il arbore le carré lisse, comme cette responsable d’une agence de presse qui jette par terre les dossiers mal rangés de ses employés.

    Il porte beau à la Lino Ventura, tel ce haut manager charismatique qui agonit d’injures un subalterne dévoré par l’eczéma.

    Il brille de l’aura de sa grande école, comme ce polytechnicien qui ignore superbement une jeune salariée pendant des mois avant de finir par lui tendre une coupe de champagne, l’air de rien, lors d’un pot au bureau.

    La plaie du monde du travail

    Ils manient le chaud et le froid, séduisent puis taclent sans crier gare, détruisent et en jouissent. Grands psychopathes ou petits pervers, les chefs tyranniques qui empoisonnent l’existence de leurs subalternes sont la plaie du monde du travail.

    C’était un directeur de haut niveau, la cinquantaine, un entregent phénoménal, raconte Gérald (le prénom a été modifié), ancien collègue d’un de ces harceleurs. Il a viré deux cadres sup comme des malpropres, il leur aurait reproché n’importe quoi, jusqu’au fait de respirer. Il n’en avait rien à foutre des autres, il ne respectait rien, d’ailleurs il avait zéro point sur son permis de conduire et s’en vantait. Dans la boîte, 10% du personnel a fini en arrêt maladie."

    Le mal se banalise. Nombre d’études l’affirment, les personnalités difficiles s’épanouissent au boulot, où elles grimpent sans peine l’échelle hiérarchique, jusqu’à régner en despotes […]

    Cécile Deffontaines, avec Bérénice Rocfort-Giovanni


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :